Fantasy, Milady

Haut-Royaume ou l’histoire d’une sombre étoile

Auteur : Pierre Pevel
Genre : Fantasy
Série : Haut-Royaume
Éditeur : Milady
Pages : 623 pages
Notes : 4,5/5

 

Quatrième de couverture

Le Haut-Royaume connaît son heure la plus sombre. Le roi est affaibli et la rébellion gronde aux frontière du territoire. En dernier recours, le souverain libère Lorn, qui croupit depuis trois ans dans les geôles infernales de Dalroth. L’ancien prisonnier est nommé chevalier du Trône d’Onyx, chargé de protéger l’autorité royale. Héros valeureux et juste, Lorn est une figure d’espoir pour le peuple, décidé à le suivre jusqu’au bout. Mais Lorn est résolu à mener à bien une toute autre mission, plus personnelle et au goût de sang : retrouver ceux qui l’ont maintenu en captivité… et leur faire payer le prix de la trahison.

Mon avis

Le Haut-Royaume est en plein déclin. Le roi vieillit et semble se désintéresser des événements et qui plus est, sa reine de femme a des idées ambitieuses concernant le trône. Pour couronner le tout, un différent territorial oppose le royaume avec son voisin plutôt belliqueux. De fait l’histoire prend place dans un monde politiquement très semblable à Game of Thrones, où tout le monde se méfie de tout le monde et où les coups de couteaux dans le dos sont légion.

Le côté très sombre du héros s’inscrit bien dans ce monde très réaliste. En effet Lorn sort de prison après trois années passées dans une vieille forteresse contaminée par l’Obscure. Celui-ci est le reliquat d’un mal ancien qui, plusieurs siècles auparavant, a failli exterminer l’humanité.

Aussi, en rapport avec cet héritage que l’on sent « transpirer » tout au long du récit, l’auteur dose très bien les références historiques sans nous assommer avec. De plus, il est très plaisant d’avoir des extraits de chroniques de temps en temps avant un nouveau chapitre. J’ai adoré plonger un peu plus dans la « mythologie » du récit, cela apporte une dimension supplémentaire au livre et ça fait office d’entracte que je trouve bienvenue.

Autre point positif, j’ai apprécié le point de vue omniscient qui règle le récit. En effet, il permet de bien comprendre l’étendue des machinations des uns et des autres. En outre personne n’est manichéen. Le héros a sa part d’ombre et la reine n’est pas foncièrement mauvaise. Ensuite, j’ai bien aimé Vahrd qui est très paternel sans en faire des tonnes. Néanmoins, dommage que d’autres n’aient pas été plus exploités, je pense à Yeras ou Logan par exemple.

Enfin les actions sont très bien décrites aussi. Par exemple, je me suis facilement immergé dans les batailles qui comportent leurs lots de cruautés et sont réalistes.

En bref un roman savamment dosé qu’il faut clairement lire si on est aficionados d’une fantasy travaillée.

Wolfdan 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *