Contemporain, Drame, Michel Lafon, Young Adult

Love letters to the dead

Auteur : Ava Dellaira
Genre : Contemporain, Drame
Éditeur : Michel Lafon
Pages : 316
Note : 3.5/5

Quatrième de couverture

Tout a commencé par une lettre…
Une simple rédaction demandée par un prof : écrire à un disparu. Laurel a choisi Kurt Cobain, parce que sa grande soeur May l’adorait. Et qu’il est mort jeune, comme May. Si elle ne rend jamais son devoir, très vite, le carnet de Laurel se remplit de lettres à Amy Winehouse, Heath Ledger…
À ces confidents inattendus, elle raconte sa première année de lycée, sa famille décomposée, ses nouveaux amis, son premier amour. Mais avant d’écrire à la seule disparue qui lui tient vraiment à coeur, Laurel devra se confronter au secret qui la tourmente, et faire face à ce qui s’est vraiment passé la nuit où May est décédée.

Mon avis

Cela faisait un bout de temps que ce livre m’intriguait, juste avec son titre et son résumé que j’avais trouvé original.
Tout d’abord j’ai trouvé l’histoire touchante, Laurel s’exprime à travers ces lettres, elle se livre à toutes ces célébrités disparues en racontant sa vie. Le genre épistolaire est vraiment bien fait, les chapitres sont courts. Au fil du roman on va découvrir la personnalité de Laurel, son mal-être depuis la mort de sa sœur aînée. L’histoire à réussi à me surprendre car il y a des choses que je n’ai pas vu venir (et ça c’est bien ! ).
J’ai quelquefois ressenti des longueurs, surtout au début mais ensuite je voulais savoir ce qui allait se passer.

Concernant les personnages, au début j’ai eu un peu de mal avec Laurel et ensuite ça été mieux quand j’ai appris à la connaître. J’ai trouvé les personnages attachants surtout ses amis car ce sont eux qu’on voit le plus. Ils étaient très crédibles et charmants, c’est bizarrement les personnages secondaires que j’ai préféré d’ailleurs. Leur histoire d’amitié avec Laurel était vraiment sympa. De plus, le personnage de Laurel évolue bien à la fin.

Le style de l’auteur est très beau, un peu poétique. C’est vraiment un point que j’ai apprécié.
Au final, une bonne lecture, touchante qui aborde plusieurs sujets de l’adolescence avec des personnages sympas.

Mélan

 » Et peut-être que grandir, c’est comprendre qu’on peut être autre chose qu’un personnage qui va là où l’histoire le pousse. C’est comprendre que cette histoire, on peut aussi en être l’auteur.  »
Laurel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.