Science-Fiction

Quantika, tome 1 : Vestiges, un planet opera intéressant

Auteur : Laurence Suhner
Genre : Science-fiction
Éditeur : Atalante
Pages : 567
Notes : 3,75/5

Quatrième de couverture

Dans mes rêves, je les appelle les Bâtisseurs. Les Bâtisseurs. Une ancienne civilisation qui a visité Gemma (la plus lointaine colonie humaine) il y a douze mille ans, en y laissant des vestiges et un gigantesque artefact en orbite.
Qu’ont-ils bâti en vérité, si ce n’est une machine ? Une machine qui détraque la réalité, altère les constantes fondamentales de l’Univers. Qu’y puis-je ?
Pourquoi ai-je été choisie ? Pourquoi suis-je la seule à entendre cette voix qui surgit des profondeurs ? Cette voix qui me pousse à abandonner mon corps au rythme et à la danse.La voix de Ioun-ké-da.
Celui que, dans leurs mythe, les Bâtisseurs nomment le Dévoreurs de la réalité…

Mon avis

On suit les aventures d’Ambre Pasquier, jeune femme scientifique mandatée par des instances supérieures sur la planète Gemma car de curieux phénomènes s’y passent.

D’autres personnages sont présents par exemple Haziel Delaurier, un scientifique de la mission. On connaît aussi le vécu de Kya, adolescente et elle-même fille d’un savant qui ne participe pas à la mission.

Vous suivez ?

En fait on ne connaît rien de l’univers socio-politique de ce planet opera. On baigne tout du long dans un climat scientifique, entre différentes factions de gros cerveaux qui cherchent à amasser un maximum d’informations des curieux vestiges. On ne sait rien d’autre.

J’ai le sentiment d’une occasion manquée. A mon sens, ce livre à tout ce qu’il faut pour être une super histoire mais je suis resté sur ma faim. Il n’y a pas de style particulier, pas de chaleur particulière. On ne se sent pas entraîné par la lecture.

Par contre les idées sont très bonnes et les hypothèses scientifiques fouillées. En outre certains événements qui arrivent m’on incité à chaque fois à poursuivre la lecture.

On ne peut qu’espérer que les choses se creusent dans les tomes suivants, car on sort de cette lecture avec l’impression d’avoir simplement effleuré la surface.

Je ferai l’effort de poursuivre l’histoire quand même. 😉

Wolfdan

« Non seulement l’Univers est plus étrange que nous ne l’imaginons, mais il est plus étrange que nous ne pouvons l’imaginer. »
Sir Arthur Eddington.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.