Le septième guerrier-mage

le-septieme-guerrier-mageAuteur : Paul Beorn
Genre : Fantasy
Éditeur : Bragelonne
Pages : 766
Note : 3,5/5

Quatrième de couverture

J’ai pillé, brûlé, tué. Puis j’ai déserté l’armée la plus puissante du monde. Je voulais être libre, vivre la belle vie loin de cette foutue guerre…
Mais voila que je dois défendre un village de paysans contre cette même armée dont je portais les couleurs. Des milliers de soldats sont en marche.
Former des combattants, monter des fortifications, trouver des armes… Ces culs-terreux croient dur comme fer que je porte le pouvoir d’un Guerrier-Mage. Moi, je ne donne pas cher de nos peaux. Mais il y a au moins une personne dans cette vallée que je ne pourrai jamais abandonner, alors j’irai jusqu’au bout.
Mon nom, c’est moi qui l’ai choisi : je suis Jal, celui-qui-ose.

Mon avis

 

Au premier abord, j’ai été séduit par le dos du livre. C’est le genre de quatrième de couv’ délicieuse comme celle que l’on peut lire au dos des Annales de la Compagnie Noire. Mais j’avoue avoir été un peu déçu.

L’histoire est plaisante et j’ai continué à lire avec un plaisir évident, seulement je suis resté sur ma faim au regard de ce que proposait ladite quatrième.
C’est donc l’aventure d’un homme qui a voulu quitter son armée car il se languit de son « passada« , d’un coin tranquille où vivre des jours heureux. Ce faisant il est rattrapé par des soldats de son ex-armée qui forcément veulent le châtier et même se débarrasser de lui. A la suite de quoi, il se réveille dans un village où on le force à rester et à défendre car on comprend qu’il aurait des dispositions magiques. Il appartiendrait à une lignée de guerriers-mages craints et respectés.

Tout d’abord, mon premier problème, c’est que j’ai trouvé cela un peu facile. Le mec n’est connu ni d’Ève ni d’Adam et zou, le voila propulsé à la tête d’un village dans le but de défendre celui-ci. Bon bien sûr je vous épargne les péripéties. A côté de cela je n’ai pas trop aimé le fait que notre héros fait se pâmer toutes les filles du village. C’est un peu le coq au milieu de sa basse-cour. En plus comment un mec sensé peut-il accepter de défendre un village face à la plus puissante armée du monde dans cette situation ? J’ai eu du mal à accepter ce fait. Il arrive en peu de temps à monter un mur, entraîner des hommes et des femmes qui n’ont jamais tenu une épée de leur vie. Je veux bien que sa condition de mage lui facilite les choses mais à ce point… Enfin, pareil pour les affinités entre les personnages. Ils ne se connaissaient pas deux semaines avant, ont même parfois des griefs les uns envers les autres. Mais subitement les voilà prêt à briller ensemble et à retourner la situation.

Néanmoins j’ai tout de même passé un bon moment. Les batailles sont très bien décrites, il y a des rebondissements et ce livre comprend ses moments crûs et mortels. On ne s’ennuie pas et la fin m’a plu.

Lisez ce livre si vous avez une âme de défenseur des causes perdues, il est plaisant tout de même. 😉

Wolfdan

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *